Rechercher dans ce blog

Chargement...

jeudi 19 janvier 2017

Rétrospective Frank Capra à la Cinémathèque Française (Paris) jusqu'au 27 février 2017



Frank Capra est de ces cinéastes qui ont fait corps avec l'Amérique, sa culture et ses valeurs. Si son œuvre est dominée par les grandes « comédies démocratiques » des années Roosevelt, son abondance réserve bien des surprises : burlesques et drames muets, météores d'avant le code Hays, documentaires propagandistes ou scientifiques. Et le sourire du conte cache doutes et contradictions.

Il faut sans cesse redécouvrir Capra, trop souvent réduit à une image simpliste complaisamment entretenue par lui-même : celle d'un immigrant self-made man incarnant le rêve américain, chantre et ambassadeur de son pays d'adoption, auteur classique de comédies sentimentales et optimistes jusque dans la gravité de leur propos politique. Rien là n'est vraiment faux ; tout est à nuancer.
Cinéaste comique ? Certes, il a débuté comme gagman pour Hal Roach et Mack Sennett. Mais quand son homologue McCarey dirige Laurel et Hardy, Capra devient scénariste et réalisateur auprès de Harry Langdon, le moins frénétique et peut-être le plus névrotique des burlesques, pour des films hantés par la mélancolie (Papa d'un jour) voire des pulsions de mort (Sa dernière culotte). Par la suite, il va réaliser de purs mélos (Amour défendu, mais aussi, malgré sa truculence, Grande dame d'un jour) et surtout brouiller la mince frontière qui sépare la comédie du mélodrame : c'est une question de traitement, de point de vue sur les événements, mais aussi de basculement possible, soit vers le tragique, soit vers un happy end souvent volontariste.

mercredi 18 janvier 2017

Festival Télérama 2017

Le 20e Festival cinéma Télérama, qui aura lieu du 18 au 24 janvier 2017, propose 16 films choisis par la rédaction et programmés dans plus de 300 salles Art et essais dans toute la France, pour 3,50 euros la place (avec le pass dans “Télérama” des 11 et 18 janvier 2017). La liste des films sélectionnés est disponible sur le site de Télérama.

jeudi 12 janvier 2017

Festival des Maudits Films du 17 au 21 janvier 2017, Grenoble

5 jours pour découvrir le cinéma Bis de B à Z ! Une rétrospective avec des films anciens projetés en pellicule, une compétiton de films récents inédits à Grenoble (et parfois en France), des séances de courts-métrages de tout genre, des invités présents pour discuter de tous les cinémas avec le public, des auteurs pour dédicacer leurs ouvrages, des surprises, des animations, sans oublier une séance de minuit. Tout cela, en 5 jours !


mardi 3 janvier 2017

Conférence « Mieux connaître la langue et le peuple d’Iran », le 5 janvier 2017 à 18h30, la Maison des Orientalistes 76 rue Bonaparte 75006 Paris



Pourquoi l’Iran et non la Perse ? Existe-t-il une langue dite « iranienne » ? Quels sont les peuples qui habitent le plateau iranien ? Quelles langues parle-t-on en Iran ? Quelle écriture y pratique-t-on ? Pourquoi la poésie plutôt que la prose, le recueil de poèmes plutôt que le roman ? Autant de questions qui trouveront leurs réponses dans une « académie éphémère », à la Maison des Orientalistes, le temps d’une conférence aux allures d’atelier participatif. Il sera proposé aux participants de mémoriser un quatrain du divin Khayyam de Nichapour. Intervenant : Reza Afchar Naderi, Docteur en littérature iranienne, journaliste, poète et traducteur de poésie persane.

Tarif conférence : 10 € par personne Tel : 01 56 81 38 30


dimanche 1 janvier 2017

Bonne année 2017

Toute l'équipe de La Maison des enseignants Cinéduc vous souhaite une bonne année 2017.

mercredi 23 novembre 2016

« La Jeune fille sans mains » un film de Sébastien Laudenbach, au cinéma Le Méliès Grenoble en avant-première jeudi 1 décembre à 20h en présence du réalisateur. Partenariat Cinéduc / ACID / Cinéma le Méliès



« La Jeune fille sans mains » un  film de Sébastien Laudenbach
Une adaptation moderne du conte de Grimm.
Au cinéma Le Méliès Grenoble en avant-première, jeudi 1 décembre à 20h en présence du réalisateur. Partenariat Cinéduc / ACID / Cinéma le Méliès

En des temps difficiles, un meunier vend sa fille au Diable. Protégée par sa pureté, elle lui échappe mais est privée de ses mains. Cheminant loin de sa famille elle rencontre la déesse de l'eau, un doux jardinier et le prince en son château. Un long périple vers la lumière. 

Un fascinant rêve graphique. Un film lumineux suggéré en quelques traits sûrs et gracieux. Les silhouettes se forment et se défont. Le mouvement des corps est aussi celui du dessin en train de naitre sur le papier. Un film d'animation minimaliste brossé en trois coups de pinceaux entre l'estampe et le spectacle de lanterne magique. 
A voir absolument !

Ce film a eu une mention du jury au festival international du film d’animation d’Annecy

Le site de l'ACID

Le site du cinéma Le Méliès